Les capacités visuelles et cognitives du pianiste

Jouer d’un instrument avec un clavier est avant tout un phénomène moteur.
Il convient donc au début de cette étude physiologique de rappeler les bases neurologiques des mouvements de préhension. Il ne s’agit pas, ici, de mouvements ayant pour but la « prise » d’un objet, mais de la recherche de « contacts » avec les différentes touches du clavier.
En second lieu, observer un pianiste pendant son interprétation d’une partition ne manque pas de susciter un questionnement multiple.

La formation musicale crée de nouveaux liens cérébraux chez les enfants

Prendre des leçons de musique augmente les connexions fibreuses cérébrales chez les enfants et peut être utile dans le traitement de l’autisme et du trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH), selon une étude présentée au congrès annuel de la Radiological Society of North America (RSNA).

« On sait que l’enseignement musical est bénéfique pour les enfants souffrant de ces troubles », a déclaré le Dr Pilar Dies-Suarez, radiologue en chef à l’Hospital Infantil de México Federico Gómez à Mexico, mais cette étude nous a permis de mieux comprendre comment le cerveau change et où ces nouvelles connexions se produisent ».
Pour démontrer cette hypothèse, l’équipe de chercheurs a étudié le fonctionnement cérébral de 23 enfants âgés de 5 à 6 ans. Les enfants en question étaient droitiers et n’avaient aucuns antécédents de troubles sensoriels, perceptifs ou neurologiques. Ces enfants n’avaient suivi aucune discipline artistique dans le passé.