Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies (pour gérer l'affichage de la langue [anglais, espagnol, français], la sécurité (protection Cross site request forgery) et le panier [boutique]). Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en paramétrant votre navigateur.

Sciences

Neuroscience de la dyslexie et des troubles d’apprentissage

Source https://www.associationtdah-impulse.ch/wp-content/uploads/Dys-et-neurosciences-Dr-Michel-Habib-15-mars-association-TDAH-ImPulse-download.pdf

Neuroscience de la dyslexie et des troubles d’apprentissage : Evolution des concepts et perspectives

Michel Habib

CHU de Marseille

Genève, 15 mars 2017

Synthèse

Un entraînement intensif de 18 heures, qu’il soit groupé sur 3 jours ou étalé sur 5-6 semaines, améliore de façon significative des variables linguistiques non entraînées. Par comparaison à une période sans entraînement, un effet significatif de l’entraînement est retrouvé sur diverses mesures directement impliquées dans les apprentissages scolaires (phonologie, lecture, attention auditive, mémoirede travail)

Comme pour des enfants dyslexiques de primaire, des enfants de maternelle, sans pathologie avérée,  mais provenant d’un milieu socialement fragile, améliorent également leurs performances en phonologie et en mémoire de travail.