Sciences

MUSIQUE ET TROUBLES DU LANGAGE

MUSIQUE ET TROUBLES DU LANGAGE Une partition encore à composer

Faire Face JUILLET AOÛT 2014

Recourir à la musique pour améliorer les troubles du langage : cette perspective suscite des espoirs. Les chercheurs en neurosciences cognitives y travaillent allegro. Pour les professionnels du traitement de ces troubles, au quotidien, la mélodie se joue cependant encore pianissimo. Souvent par manque de supports adaptés.

Première partie de l'article Musique et troubles du langage une partition encore a composer 1Musique et troubles du langage une partition encore a composer 1 (1.91 Mo)

LA PÉDAGOGIE MUSICALE,UTILE DANS LES TROUBLES DYS
Les promesses de la musique en matière de rééducation du langage visent aussi les personnes dyslexiques. Leur particularité ? Avoir du mal à identifier les lettres, les syllabes ou les mots, autrement dit à segmenter les sons. Difficile alors pour elles d’associer le son “p” à la lettre “p”, par exemple. Des travaux ont révélé, en parallèle, une perturbation de leur perception du rythme musical.

Également coordinateur du réseau régional de praticiens oeuvrant dans le domaine des troubles d’apprentissage (Résodys), Michel Habib étudie les effets de la musique sur l’ap prentissage de la lecture auprès de douze élèves d’un Service d’éducation spéciale et de soins à domicile. Résultat à l’IRM: «Les parties de leur cerveau présentant des dysfonctionnements semblent être les mêmes que celles sculptées par l’exercice de la musique. » Chez eux, certains faisceaux (sortes de connexions profondes) s’avèrent moins riches et moins structurés.

Par ailleurs, il a été prouvé qu’apprendre un instrument favorise certaines capacités cognitives, dont la lecture. Idem pour chanter ou danser. L’important étant de « relier du sensoriel et du moteur, de manière simultanée et intensive », souligne le neurologue. Écouter un air agréable apaise mais ne suffit donc pas. Il s’agit d’apprendre la musique.

LA THÉRAPIE PAR LA MUSIQUE MANQUE D'OUTILS ADAPTÉS
Problème : une véritable rééducation cognitive par la musique requiert matériels et cours adaptés conçus en fonction de l’avancée des recherches. Peu existent à ce jour.
Alice Dormoy de l’association MéloDys, une des très rares à s’employer à en diffuser, le regrette: «La pratique relève surtout d’initiatives individuelles ou associatives dans notre pays, qui, d’une manière générale, accuse du retard au niveau des pédagogies actives. »
Autre souci : l’application thérapeutique des recherches fondamentales demeure empirique. La science a démontré que la musique sculpte le cerveau. Reste à savoir quoi faire de cette capacité.

Deuxième partie de l'article Musique et troubles du langage une partition encore a composer 2Musique et troubles du langage une partition encore a composer 2 (1.63 Mo)