Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies (pour gérer l'affichage de la langue [anglais, espagnol, français], la sécurité (protection Cross site request forgery) et le panier [boutique]). Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en paramétrant votre navigateur.

Association

Méthode MéloDys

Association melodys

Siret 753 525 674 00028

Contact : A. Dormoy

Tel : 06 12 01 03 85

melodys.dormoy@gmail.com

www.melodys.org

La musique à l’aide des Troubles spécifiques d’apprentissage

 

I. Genèse du Projet Mélodys

Qu’est ce que la méthode Mélodys ?

La méthode Mélodys est une approche pluridisciplinaire comprenant :

  • une pédagogie musicale spécifique, adaptée aux troubles dys
  • une remédiation cognitive par la musique.

« Ce projet initié en 2011 est né de la rencontre interprofessionnelle entre une orthophoniste, une musicienne, enseignante spécialisée et un neurologue. Il revêt plusieurs composantes complémentaires menées conjointement. Tout d’abord une dimension pédagogique portée par Alice Dormoy qui a développé une pédagogie adaptée aux enfants dys et du matériel spécifique à destination des enseignants de musique (Mélodys®). Une dimension de recherche et de développement de réseau de professionnels portée par Michel Habib au sein du réseau de santé régional Résodys. Enfin une dimension rééducative [portée par Céline Commeiras, orthophoniste au CPE d’Aix-en-Provence] » [1]

 

Les grandes lignes de la méthode

  • Une pédagogie multisensorielle (ou multimodale) impliquant une activité auditive, visuelle, motrice et verbale simultanées (stimulation multimodalitaire). La méthode permet de décomposer les éléments cognitifs d’apprentissage, en passant par les paramètres du son isolés pour en développer une perception fine. Puis ces éléments sont assemblés progressivement pour soutenir la remédiation attendue (par exemple : l’enseignant chante des sons courts et longs et l’enfant les écrit en temps réel)
  • Une stimulation rythmique mettant l’accent sur la perception du rythme et le traitement temporel : aides à la perception de séquences rythmiques, utilisation de syllabes rythmiques [ta, ti ti…].
  • Une implication du corps dans l’apprentissage instrumental par des activités de rythme et motricité avec supports visuels au sol, ou des percussions corporelles.
  • Un développement de la coordination/latéralisation/motricité fine par des exercices spécifiques. Exemple : rythmes impliquant les 2 mains ensemble, puis les mains séparées et les mains alternées (polyrythmies corporelles), aménagements préparant le geste instrumental.
  • Une progression détaillée : apprentissage de la notation musicale passant par des pré-notations de la musique (durée, hauteur, les deux simultanément, portée musicale en 3D)
  • Des partitions adaptées (partitions agrandies, allégées, repères, aides visuelles).
  • Un matériel adapté [2] (cartes escalier, carillon escalier, portée 3D, cases au sol, Règle du temps).

 

II. Les applications

Mélodys en conservatoire

            Avec les outils Mélodys, le professeur de musique aménage son cours de musique pour éviter de confronter l’enfant dys à de nouvelles difficultés (en lecture musicale par exemple) voire à un échec en cours d’instrument ou de formation musicale. Les activités ont été soigneusement sélectionnées pour soutenir également la rééducation : elles aident l’enfant à développer sa lecture, sa motricité, son attention, sa mémoire, ses fonctions exécutives.

A l’heure actuelle, de nombreux conservatoires et écoles de musiques ont mis en place des aménagements pour les enfants « dys ». Certains ont repensé le cursus en inclusion, sous la forme d’une progression articulée comme suit :

  1. éveil musical (pour les 3-4 ans)
  2. Eveil musique et langage (pour les 5-6 ans) : méthode Ecole chantée [3] basée également sur une approche multimodale renforçant les apprentissages scolaires.
  3. Ateliers collectifs Melodys en 3 temps de 15 min. (pour les 6-7 ans) : développement auditif ; rythme et motricité ; et initiation instrumentale adaptée. Les pré-notations sont présentes dans les 3 parties.
  4. Intégration dans le cursus des cycles d’étude, avec au moins un enseignant-ressource formé aux aménagements nécessaires à l’instrument.

D’autres ont créé des Ateliers Melodys pour les enfants en difficulté en F.M., et ces derniers réintègrent le cursus traditionnel après une ou deux années de soutien. Ici encore, la personne-ressource crée le lien entre les enseignants pour un partage des aménagements dans les classes d’instrument.

 

Mélodys en milieu scolaire

            De nombreux enseignants proposent des ateliers Melodys soit en petits groupes de soutien scolaire par la musique, soit en classe entière, de la maternelle au Collège.

La méthode Ecole chantée [3] , également basée sur une approche multimodale, renforce les apprentissages scolaires en maternelle, CP, CE1, en sonorisant les activités de maths et langage.

 

Mélodys pour l’orthophoniste

            L’orthophoniste peut, sans connaissance musicale particulière, inclure Melodys à sa pratique rééducative à l’aide d’un certain nombre d’exercices basés sur les paramètres du son. Ces exercices sont réunis dans l’ouvrage Mélodys, Remédiation cognitivo-musicale des troubles d’apprentissage, M. Habib, C. Commeiras, réédité par Resodys Marseille.

 

Fréquence conseillée

            Idéalement, il est conseillé à l’enfant d’avoir accès à deux séances guidées de Mélodys dans la semaine (une avec son orthophoniste, une avec son professeur de musique ou son enseignant). Toutefois une séance d’orthophonie traditionnelle et une séance de musique Mélodys est possible si l’enfant pratique son instrument ainsi que les exercices à la maison.

 

Un réseau de professionnels formés

            « Aujourd'hui, il existe en francophonie un véritable réseau multidisciplinaire en pleine expansion de praticiens, rééducateurs et pédagogues, ayant adopté et développé la méthode Mélodys, permettant un enrichissement mutuel et continu des pratiques et des concepts [1]. » Ce répertoire des personnes formées est visible ici : https://melodys.org/fr/association/contacts/

 

III. Les justifications scientifiques

 

Un transfert d’apprentissage

            Les neurosciences ont prouvé que jouer ou écouter de la musique développerait des processus d’attention, de mémoire, de la perception auditive, de la structuration aussi bien spatiale que temporelle, de la motricité et les aspects rythmiques. Certaines zones du langage et de la pratique d'un instrument de musique étant communes, un bilan des connaissances actuelles sur le sujet a donc permis de dégager les pratiques pédagogiques les plus efficaces pour aider les enfants dans leurs apprentissages scolaires, et les soutenir dans leur rééducation traditionnelle (orthophonie, ergothérapie, psychomotricien, …).

Plusieurs études montrent qu’en apprenant à percevoir les sons musicaux, l’enfant améliore sa perception des sons du langage et sa lecture.

 

L’intégration multi-modalitaire

L’apprentissage musical renforce par ailleurs des connexions entre des zones distantes du cerveau. Or, chez le dyslexique, d’après de nombreuses données, cette intégration multi-modalitaire ne se réaliserait pas correctement [1].

 

Un levier motivationnel

Pratiquer un instrument et des activités de remédiation par la musique constitue un formidable levier de motivation pour l’enfant ou l’adolescent en perte de vitesse dans son parcours de rééducation. Apprise dans un environnement bienveillant et à travers des activités spécifiques et stimulantes, la musique permet d’exprimer ses sentiments, sa créativité, et renforce la confiance en soi ainsi que dans sa capacité d’apprendre.

 

IV. Les preuves expérimentales

L’efficacité de la méthode Mélodys est étayée par plusieurs études réalisées ces dernières années sur plusieurs groupes d’enfants dyslexiques et non dyslexiques

  1. Une première étude portant sur un groupe d’enfants de 7 à 12 ans scolarisés dans une classe spécialisée pour enfants « multi-dys » a montré un impact significatif de cette méthode sur la lecture, la conscience phonémique et l’attention auditive.
  2. Une autre étude réalisée sur un groupe d’enfants avec une moyenne d’âge de 10ans ayant en commun un diagnostic de dyslexie sévère évaluait cette fois-ci trois autres variables, à savoir le voisement, la durée et la hauteur. Ici aussi les résultats obtenus sont une amélioration significative des performances après quelques jours d’entraînement, voire pour certaines variables une quasi-normalisation par rapport à un groupe témoin normo-lecteur.
  3. Enfin, une troisième étude portait sur l’application de la méthode Mélodys avec des enfants de grande section de maternelle évoluant dans un milieu socio-économique défavorisé. L’objet de l’étude était ici de comparer la méthode Mélodys avec d’autres activités d’arts visuels. Il en ressort que les groupes ayant reçu un entraînement Mélodys montrent une amélioration significative sur les tâches en rapport avec la conscience phonologique.